AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez  | 
 

 American way 2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
avatar
Juliette


Co'N'Admin


Dragon
Localisation : Lille

MessageSujet: American way 2008   Lun 6 Juil - 23:09

Alors c'est une interview incroyable où Emily reçoit le journaliste chez elle et le fait même monter dans sa chambre pour lui faire voir sa collection de chaussures!!!
Je vais la traduire en priorité!!


Emily Procter throws open the front door of her Los Angeles
home and apologizes for the strands of white hair covering her silky
blue pants and matching blouse. “My cat, Kevin, was all over me this
morning while I was doing a photo shoot,” she says cheerfully as she
leads me into her kitchen, where she offers me a plate of fried chicken
and another plate of chocolate cookies. “Or, if you want, I can make
you a sandwich. Hey, and how about some iced tea -- sweet tea, all full
of sugar -- exactly like the tea I grew up drinking?”

Procter’s manager, Scott Fedro, standing nearby, notices me raising my
eyebrows, and he laughs out loud. “Believe me, this is no joke,” Fedro
says. “Emily acts this way with everybody -- and I mean everybody.”

Procter truly is about as unique a Hollywood celebrity as you’ll find.
The fact that she lets a reporter into her home is amazing in itself.
(In this paparazzi-crazed age, famous actors and actresses usually
refuse to let anyone but their closest friends know where they live.)
To find fried chicken in her refrigerator is equally surprising. “I
know, I know,” says the petite blonde, who is all of five feet three
inches tall. “I’m supposed to starve myself and eat lettuce.”

But as anyone who watches network television already knows, what is
most distinctive about Procter is the way she talks. Her thick-as-syrup
accent is straight out of her hometown of Raleigh, North Carolina,
and she makes no apologies for it. “It’s who I am, and it’s who I
always will be,” she says with another shrug as she sets out a third
plate of food: croissants from a nearby bakery. “I realized long ago
that if I tried to hide my accent, I was just trying to hide myself.
And that is something I’m not willing to do.”

In Hollywood circles, 39-year-old Procter is known as the Southern
actress. While almost all actresses who come from the South spend years
working with dialect coaches, desperately trying to rid themselves of
their drawls, Procter has made a name for herself by playing, well,
herself -- “a genuinely modern Southern woman,” as TV legend Aaron Sorkin once put it. In 2000, for his hit NBC show The West Wing,
Sorkin adapted a role especially for Procter. He turned her into
Ainsley Hayes, a spunky, highly opinionated, and spectacularly
beautiful attorney from North Carolina who had come to Washington,
D.C., to be an assistant White House counsel. And for the last six years, she has been one of the stars on CSI: Miami,
playing, yes, another Southern woman: the brainy but fashion-forward
ballistics expert Calleigh Duquesne, who handles bullets and guns (not
to mention difficult men) with ease.

CSI: Miami, which is entering
its seventh season, is now one of the top-rated shows on television,
drawing as many as 16 million viewers a week. According to
viewer-opinion polls, Procter has become one of television’s most
popular actresses. She has fan clubs in the United States and Europe, and she is especially admired by men. In one of its “Women We Love” issues, Esquire
magazine couldn’t stop gushing over her spectacular beauty and equally
spectacular speaking style. “She is a different beast altogether:
passionate, convinced, ready to rumble,” Esquire
concluded. “She makes you wish that the women who slice you up at work
did it with that same glint in their eye, the hint that arguments can
be fun, even sexy.”

“People love her,” says Rex Linn, who plays detective Frank Tripp on CSI: Miami.
“They love her accent and they love the smile -- a warm Southern smile
that makes you melt. When she hits you with that smile and then that
accent, it’s all over. She can say to me, ‘Rex, will you go stand in
front of that truck and get run over?’ and I’ll say, ‘Sure.’ ”

“It’s still hard to believe what’s happened,” Procter says, walking into her living room and curling
up on a couch. “At one point, I really did believe I was going to go
nowhere. And now, I sometimes just want to say, ‘Holy cow. Holy, holy
cow.’ ”

Procter didn’t have any particular desire to become an actress until
she reached the end of college. An eighth-generation North Carolinian
and the daughter of a doctor and a hospice worker in Raleigh, she
initially studied Spanish at East Carolina University and then switched
to dance and journalism, which led her to a part-time job as a weather
anchor for a local TV station. On a lark, she also tried to get into
the school’s drama program, but the head of the theater department
didn’t think she was qualified to be in the kinds of plays he was
producing. “I was, apparently, too much the Southern belle,” she says
with a sigh. “Just another smiling sorority girl.”

Ironically, the professor’s outright rejection inspired Procter to
pursue acting. In 1991, she moved to Los Angeles, and though talent
scouts and agents loved her looks, finding work proved challenging.
“They only sent me out to audition for sitcom roles as the ditzy
Southern secretary who tosses her ponytail around,” she says. “And
then, when I did those auditions, one of the casting people would often
say, ‘Is that really your accent, or are you faking it?’ They were so
used to non-Southerners doing Southern accents that they didn’t know
what the real thing sounded like.”

Procter eventually broke down and took a few speech lessons, hoping to
erase at least some of her accent. “The coach would have me read
something, and then he’d say, ‘Do you hear how you sound Southern?’ I’d
say, ‘No,’ and he’d throw up his hands in exasperation and say if I
didn’t learn to talk like everyone else, I was going nowhere.” Still,
she continued to get some small roles: blink-and-you-missed-her parts
in Leaving Las Vegas and Jerry Maguire, as well as guest appearances on Just Shoot Me and Friends. In the 1997 HBO movie Breast Men, about a group of plastic surgeons in Houston, she was cast as a young Texas
woman whose health was tragically ruined by implants. “It was my first
chance to play a Southern character with real depth, and I loved it,”
she says. “The problem, of course, was that there just weren’t many
roles calling for a Southern actress who showed depth.”

By 2000, Procter was, for all practical purposes, out of acting and
spending her time volunteering with charities (she especially enjoyed
working with the homeless-ministry meal team at All Saints’ Parish
Episcopal Church in Beverly Hills). “I told people in the industry I
was taking an extended break,” she says with a chuckle. Then, her agent
called saying that Sorkin was holding auditions for a new female
character for The West Wing.

Originally, Sorkin had wanted his character to be a lawyer from Montana.
“But when I read the script, I saw the character as being completely
Southern, complicated in the way all Southern women I know are
complicated,” Procter recalls. “Everybody I knew said I was crazy to go
in there and audition with my normal accent, but at that point, I was
thinking, If you ain’t got nothing, you got nothing to lose.
A few days after the audition, I got a call. Aaron said he had decided
to have Ainsley come from North Carolina, and he wanted me for the
part. Needless to say, I was in shock.”

Although Procter appeared only periodically on The West Wing, she quickly developed a huge following. Executives at CBS were so taken with her that they created a role for her on CSI: Miami.
Invariably dressed in tight pants, a tight blouse, and very high heels,
Procter’s character not only studies crime scenes but often chases down
criminals herself. (“There are two ways this goes down, and either way,
you’re dropping the gun,” Calleigh Duquesne snaps at a killer in one
episode, her eyes narrowing.) “Calleigh is sort of intense,” Procter
says. “But viewers don’t seem to be complaining.” No, they don’t.
According to a survey published recently in TV Guide,
American males would prefer to have a romance with Procter’s character
than with any of the female characters who appear on any of CBS’s other
CSI shows (besides CSI: Miami, there’s also the original, CSI: Crime Scene Investigation, set in Las Vegas, and CSI: NY).

According to Linn, Procter’s longtime costar and friend, part of her
appeal might stem from her being the perfect combination of tomcat and
tomboy.

“She’s a guy’s guy,” Linn says. “She likes doing guy things -- wearing a baseball
cap, drinking a beer, eating hot dogs. And she can kick your butt at
the poker table. We’ll have these games and she’ll win a big hand, and
as she gathers all the chips, she’ll say to us in this really sweet
voice, ‘Hey, guys, it’s just a card game.’ ”

Procter insists that she will never again take speech lessons to hide
her lilting accent. Nor, she says, will you ever find her trying to
hide from her heritage. Although the exterior of her home looks like a
typical contemporary two-story California
bungalow, she has made sure to fill the inside with numerous family
heirlooms. In her kitchen is a collection of rose-medallion plates she
inherited from her grandmother, and a chaise longue that belonged to
her other grandmother sits in one bedroom. A nineteenth-century
portrait of her great-grandmother dominates the den. There are also
brass candlesticks shaped like cobras, which she purchased at a Salvation Army
thrift store in North Carolina, and a Morris chair that she bought at
another thrift store for $50. On the wall in one hallway are framed
beetles -- that’s right, beetles -- and three stuffed birds and a
stuffed squirrel are perched on a shelf. “When I was a little girl, my
mother and I collected dead bugs and birds,” Procter says. “And I don’t
know why I should stop now.”

A few minutes later, as if right on cue, Procter’s mother, Barbara,
calls from North Carolina, and the two women start the kind of
conversation only Southern women seem to have. They gossip about
Barbara’s neighbors, they talk about the weather, and they catch up on
the health of Barbara’s turtle, who lives in an aquarium in the
kitchen. Barbara then says that her dog carried a dead crayfish into
the house that morning, and Procter squeals. “Are you going to keep
it?” she asks. “Maybe,” her mother says, perfectly serious.

After they hang up, Procter notices that I’m still not eating. “Oh
dear, how about a sandwich?” she says, looking genuinely concerned.
“When I was growing up, a sandwich consisted of two pieces of white
bread, a bunch of mayonnaise, and just one vegetable in the middle,
like a sliced tomato. You want me to make one of those?”

I say no as I try to keep a polite smile on my face. But I do ask if I
can see her bedroom closet, which reportedly is full of high-heeled
shoes. (“It’s my one true addiction, shoe shopping,” she has said on
more than one occasion.) I assume she’ll say no to my request -- surely
her closet is off-limits to a stranger -- but suddenly she’s leading me
upstairs, straight into the closet, with Kevin the cat following close
behind. The inside of the closet looks like an upscale shoe store; it’s
jammed with shelf after shelf of Jimmy Choos and Manolo Blahniks,
including some that sport heels that must be at least five inches high.
“And here’s my new favorite pair,” Procter exults, holding up a pair of
zebra-print Yves Saint Laurent stilettos. “Except for my running shoes,
the only thing I wear is high heels. I wear high heels everywhere. I
wear heels around the house when I’m by myself. I just don’t like my
feet flat.”

“That’s a little peculiar,” I suggest.

“So what?” she says, smiling sweetly. “I like peculiar.”

What may be most peculiar about Procter, at least by Hollywood
standards, is that she is not particularly obsessed with her career or
constantly worried about what she will be doing next. Nor does she seem
the slightest bit bothered by the fact that roles tend to dry up for
actresses around the age of 40. She is under contract with CSI: Miami
through 2009, “and if the show is canceled and everything goes away
after that, then that’s okay with me. It’s been a great run and a
completely unexpected one. Believe me, if I never act [again], I’ll be
fine, perfectly fine. There’s still plenty for a gal like me to do.”

Although Procter just ended what she describes as “a very serious
relationship,” she does say that she’s “always hopeful” about finding
the right man and perhaps someday having a family. She says she might
start a new career as a home decorator. She has already formed her own
rock band, named White Lightning. “I started it completely as a joke --
I mean, a total joke -- so I could stand up at parties and sing really
bad ’80s power ballads and in between songs say really stupid self-help
things about life and love,” she says. “But now, there are people
wanting us to perform like we’re serious musicians. We’ve actually been
asked to be the opening act at real concerts with real bands that make
real albums.” She shrugs her shoulders. “Now, talk about peculiar!”

Procter checks her watch -- she has yet another interview to do this
afternoon -- and walks me to the front door. “Oh, wait just a minute,”
she says and then scurries into the kitchen. She returns with a
decorated paper bag filled with cookies and fried chicken. “It just
isn’t right that I would send you away on an empty stomach,” she says.
“I just know you’re going to get hungry later on.”

I protest, but Procter refuses to take the bag back. “Please, this is
who I am,” she says determinedly. “And I wouldn’t have it any other
way.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Juliette


Co'N'Admin


Dragon
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: American way 2008   Lun 13 Juil - 16:15

Emily Procter nous ouvres les portes de sa maison de Los Angeles et s’excuse pour tous les poils blancs qui recouvrent son jean et son pull « mon chat Kevin, était sur moi pendant toute la matinée pendant que je faisais une séance photo » dit elle joyeusement alors qu’elle m’emmène dans sa cuisine où elle m’offre un plat de poulet frit et un autre plat de cookies au chocolat « ou si vous voulez je peux vous faire un sandwich., où que diriez vous d’un thé glacé avec ou sans sucre, exactement le même que celui avec lequel j’ai grandi »

Le manager d’Emily, Scott Fedro qui était à côté de moi se met à éclater de rire en me voyant écarquiller les yeux « croyez moi ce n’est pas une blague, elle est comme ça avec tout le monde, et quand je dis tout le monde c’est tout le monde ».
Vous ne trouverez qu’une seule personne comme Emily à Hollywood.
Le fait qu’elle laisse un reporter entrer dans sa maison est merveilleux en lui-même (en ces temps de folie paparazienne, les stars ne laissent que leurs amis proches savoir où ils habitent).
Le fait de trouver du poulet frit dans son frigo est également très surprenant « je sais, je sais » dit la petite blonde qui ne mesure qu’un mètre soixante « je suis censée faire attention à ce que je mange et manger de la laitue ».
Mais ce que tous ceux qui regardent la télévision savent c’est qu’Emily a un accent très particulier. Son accent si particulier lui vient tout droit de sa maison de Raleigh en Caroline du nord et elle ne s’en excuse pas « C’est ce que je suis et ce que je serais toujours » dit elle en haussant les épaules alors qu’elle ramène un troisième plateau contenant des croissants venant d’une boulangerie voisine.
« J’ai réalisée qu’il y a de ça quelques temps j’ai essayée de faire disparaître mon accent, j’essayer de changer ce que je suis en fait et c’est quelque chose que je ne veux plus faire »

Dans le monde d’Hollywood, Emily est connue comme l’actrice venant du sud de 39 ans. Alors que la majorité des actrices venant du sud passent des années à travailler leur façon de parler avec des coach vocaux essayant désespérant de cacher cet accent, Procter s’est faire une identité grâce à cet accent en interprétant une « ingénieuse et moderne femme du sud » tout comme la fait la légende de la télévision Aaron Sarkin.
En 2000 dans lé série West Wing Sorkin a adapté le rôle exprès pour Emily Procter. Il lui a fait interpréter Ainsley, une piquante et très déterminée jolie avocate venant de Caroline du Nord qui doit aller à Washington pour travailler à la maison blanche.
Ces dernières six années elle fait partie de la série Les experts Miami où elle joue encore le rôle d’ ‘une fille du sud : la très intelligente mais fashion experte en balistique Calleigh Duquesne qui tient avec aisance des balles en des armes (sans parler de quelques garçons difficiles).

Les experts Miami qui entame sa 7eme saison est une des séries les plus regardées dans le monde rassemblant 16 millions de téléspectateurs en une semaine. Selon les téléspectateurs, Emily est devenue l’une des actrices les plus populaires à la télévision. Elle a des fans clubs aux Etats-Unis et en Europe et est particulièrement appréciée par la gente masculine.
Le magazine Esquire dans l’une de ses éditions «Ces femmes que l’on aime » ne peut plus s’arrêter de faire des compliments à propos de sa beauté spectaculaire et de sa magnifique façon de parler « Elle incarne plusieurs choses à la fois : la passion, la conviction, toutjours prête à jaillir » « Elle vous fait espérer que les femmes avec vous travaillez auront cette même étincelle dans le regard, qui vous font croire que les discussions de travail peuvent être marrantes et sexy ».

« Les gens l’aiment » dit Rex Linn qui interprète le détective Franck Tripp dans les Experts Miami, « ils aiment son accent et son sourire », un sourire ravageur d’une fille du sud qui vous fait fondre, quand elle vous parle avec cet accent et ce sourire vous êtes fini ! Elle peut me dire « Rex tu peux te jeter devant ce camion et courir devant » et je lui dis « Bien sûr ! »

« C’est encore dur de réaliser ce qu’il s’est passé » nous dit Emily alors qu’elle va dans son salon s’installer sur un canapé. « Il fut un moment où je pensais que j’allais droit dans le mur, et maintenant parfois j’ai juste envie de dire doucement cheval…doucement ».

Procter n’avait pas spécialement envie de devenir actrice jusqu’à ce qu’elle ne sorte de l’université. Issue de la huitième génération d’une famille de Caroline du nord et fille d’un médecin et d’une femme bénévole à l’hôpital de Raleigh elle a tout d’abord étudié l’espagnol à l’université de Caroline de l’est et a ensuite bifurquée vers la danse et le journalisme ce qui lui a laissée le temps de travailler à temps partiel en temps que présentatrice météo sur la chaine locale. Elle a aussi essayé sans succès de rentrer dans l’école de théâtre mais le directeur de l’établissement pensait qu’elle n’avait pas les capacités pour entrer dans ce genre de programme « il pensait que visiblement je faisais trop bimbo du sud » dit elle avec un pincement « surement encore une des bimbos écervelées ».
Ironiquement, le fait que ce directeur ait recalé Emily n’a fait que renforcer son désir de devenir actrice. En 1991 elle a déménagée à Los Angeles et aussi bien les chercheurs de talents que les agents ont aimés son look, ça a été une sorte de challenge de trouver du travail.
« Tout ce que je trouvais, c’était des gens qui m’envoyaient passer des auditions pour jouer le rôle d’une secrétaire fouineuse qui faisait virevolter sa queue de cheval ». dit elle « Et quand j’allais passer les auditions, les gens me demandaient si c’était mon vrai accent où si je le simulais, ils étaient tellement habitués à rencontrer des filles qui essayaient de parler avec l’accent du sud qu’ils ne savaient même pas à quoi ressemblait un véritable accent du sud ».

Procter finit pas abdiquer et a essayé de prendre quelques leçons de diction pour estomper un peu son accent « Le coach m’a fait lire quelque chose et il m’a demandée si je me rendait compte à quel point je parlais avec l’accent du sud et je lui ai répondu non, il a levé ses mains exaspéré et m’a dit que si je n’apprenais pas à parler comme tout le monde j’allais droit au mur ».
Ensuite elle a enchainé quelques petits rôles du genre « clignez des yeux et vous le la verrez pas » dans Jerry Maguire et Leaving Las Vegas ainsi que quelques apparitions en temps que guest dans Friends et Just shoot me.
En 1997 elle a joué dans Breast Men, au milieu d’un groupe de chirurgiens esthétiques de Houston, elle interprète le rôle d’une femme Texane qui s’est ruinée la santé à cause de ses implants mammaires « C’était ma première occasion de jouer une femme du sud avec un véritable rôle, j’ai adoré ça ! » dit elle « le problème étant qu’à l’époque il n’y avais aucun rôle profond pour une fille du sud ».

Le fait étant qu’en 2000 Emily n’avais plus rien à jouer pour toutes raisons précédentes alors elle faisait du bénévolat (elle a travaillée pour la soupe populaire de l’église de Beverly Hills) « J’ai dit aux gens du monde du cinéma que je prenais de grandes vacances » dit elle en gloussant. Et ensuite Sorkin l’a appelée en disant qu’il y avait des auditions en ce moment pour West Wing.
A la base Sorkin voulait qu’elle interprète une avocate venant du Montana « mais quand j’ai lu le script j’y ai vue une femme du sud avec toute la complexité inhérente à ces femmes que je connais » se souvient elle. « Tout le monde m’a dit que j’étais complètement folle d’aller à cette audition sans cacher mon accent mais je me disais que de toutes façons quand on ne possède rien, il n’y à rien à perdre, et quelques jours après l’audition j’ai reçue un appel que Sorkin me disant qu’il avait décidé de faire en sorte qu’Ainsley soit une femme de Caroline du Nord et qu’il voulait que je l’interprète. Pas besoin de vous dire que j’étais sous le choc »

Bien que Procter n’apparaisse que périodiquement dans West Wing elle a rapidement eu son public. Les producteurs de la chaine CBS aimaient tellement ce qu’elle faisait qu’ils ont crées un rôle pour elle dans Les experts Miami. Toujours habillée avec des pantalons, des blouses et des talons vertigineux son personnage ne fait pas seulement qu’étudier les scènes de crimes mais va aussi chercher elle-même les criminels (« Il y a deux façons de travailler mais à chaque fois vous tenez à la main votre arme » parlant avec les yeux malicieux de l’un des épisode où elle va directement chercher un criminel elle-même,) « Calleigh est quelqu’un de très sérieux » dit elle « mais ça n’a pas l’air de gêner les téléspectateurs ».
Non ils ne s’en plaignent pas, selon un sondage publié dans TV magazine , les téléspectateurs préféreraient sortir avec Calleigh qu’avec n’importe qu’elle autre femme apparaissant dans les autres Experts.

Selon Linn, le charme de Procter provient du fait qu’elle peut être à la fois une femme très douce et en même temps une femme de fer.
« C’est un garçon manqué » dit Linn « Elle aime faire des trucs de mecs, porter des tenues de base-ball, boire des bières, manger des hot dog et elle peut vous botter les fesses sur une table de poker. Par exemple on va avoir ce genre de jeux où elle fait un énorme pli et où elle va tout gagner et elle va nous dire avec sa voix toute mignonne « hé les gars, c’est juste un jeu de cartes » ».

Procter insiste sur le fait qu’elle ne prendre plus jamais de leçons de diction pour tenter de cacher son accent pas plus que vous ne la verrez en train d’essayer de cacher son héritage, bien que l’extérieur de sa maison ressemble à un typique bungalow Californien elle a fait en sorte qu’à l’intérieur on retrouve des éléments familiers. Une collection de médaillons roses surplombe un meuble ayant appartenu à sa grand-mère et une chaise longue ayant appartenue à son autre grand-mère se trouve dans une des chambres. Un portrait datant des années 1900 de son arrière grand-mère de trouve dans l’entrée. Il y aussi des chandeliers en forme de cobras qu’elle a achetée à l’armée du salut en Caroline du Nord et une chaise qu’elle a achetée à un magasin de débarras pour 50 dollars.
Dans un hall il y a des scarabées accrochés... Oui des scarabées ! Et trois oiseaux empaillés ainsi qu’un écureuil sur une étagère. « Quand j’étais petite, ma mère et moi nous collectionnions les oiseaux et les insectes morts » dit-elle « et je ne vois pas pourquoi je devrais arrêter ».

Quelques minutes plus tard sa mère Barbara appelle, quand on parle du loup… et elles sont ce genre de conversations que seules les femmes du sud peuvent avoir. Elles font les commères sur les voisins de Barbara, parlent de la météo, et parlent de la santé de la tortue de Barbara qui vit dans un aquarium dans la cuisine et du chien qui a ramené un insecte mort dans la cuisine ce matin et Emily demande « Est-ce que tu vas le garder ? » et sa mère répond sérieusement « Peut être… »

Après qu’elles aient raccrochés Emily se rend compte que je n’ai pas encore mangé « Mon cher, que diriez vous d’un sandwich » avec un regard vraiment sérieux. « Quand j’étais petite on faisait un sandwich avec deux tranches de pain blanc, un peu de mayonnaise et juste un légume au milieu comme par exemple une tranche de tomate », vous voulez que je vous en fasse un comme ça ? »
J’ai dit non en essayant de garder un sourire poli mais je lui ai demandé si je pouvais voir sa garde robe qui parait il comporte une collection de chaussures à talons (« C’est une véritable drogue m’avait elle dit lors d’une autre occasion »), j’étais persuadé qu’elle allait dire non car je suis un étranger mais elle m’a tout d’un coup emmené à l’étage suivie de près par son chat Kevin. Sa chambre ressemble à un magasin de chaussures alternant les Jimmy Choos et les Manolo Blahniks incluant des talons vertigineux d’au moins 15 centimètres.
« Et là c’est ma paire favorite » exulte t’elle, me faisant voir une paire de stilettos zébrées Yves Saint Laurent. « Mis à part pour mes chaussures de course, je ne porte exclusivement que des talons hauts, je porte des talons hauts partout, même quand je suis toute seule à la maison, je n’aime pas mes pieds quand ils sont plats ».

« C’est bizarre » lui dis-je.
« Quoi ? » dit-elle avec un adorable sourire « J’aime les choses bizarres »

Ce qui est surement le plus étrange à propos d’Emily Procter, c’est qu’à l’opposé des autres stars d’Hollywood, elle n’est pas obsédée par sa carrière, où par ce qu’elle va faire par la suite, pas plus qu’elle ne semble contrariée par le fait qu’en général il n’y a plus beaucoup de rôles après 40 ans pour les actrices à Hollywood. Elle est sous contrat avec Les experts Miami jusqu’en 2009 et si la série s’arrête à ce moment « et bien je n’aurais pas de problèmes avec ça , ça a été une course magnifique et inattendue, croyez moi, je ne joue plus jamais j’irais parfaitement bien. Il y a encore plein de choses à faire pour des filles comme moi ».

Alors que Procter sort tout juste d’une relation qu’elle qualifie de très sérieuse elle dit qu’elle est toujours à la recherche « de la bonne personne » et peut être un jour de fonder une famille. Elle dit qu’elle pourrait commencer une nouvelle carrière de décoratrice. Elle a crée son propre groupe qui porte le nom de « White Lightning » « J’ai commencé ça comme une blague, une vraie blague, comme ça je pouvais me lever pendant les fêtes et commencer à chanter de véritables mauvaises power ballades des années 80 et dire des choses stupides à propos de l’amour et de la vie » dit elle « Mais maintenant il y a des gens qui veulent que nous jouions sérieusement en temps que vrais musiciens , on nous a demandés de faire les premières partie de vrais groupes qui font de vrais concerts et de vrais CD » elle hausse les épaules « Là vous pouvez parler de choses étranges » .

Emily regarde sa montre, elle doit maintenant donner une autre interview cette après midi et me raccompagne jusqu’à la porte « Oh attendez juste une minute » dit elle et cours jusqu’à la cuisine et en revient avec un sac contenant du poulet frit et des cookies « Ca ne serait pas bien si je vous quittais alors que vous avez l’estomac vide » dit-elle « je sais que vous allez avoir faim ».
J’ai protesté mais Emily a refusé de récupérer le sac « S’il vous plait, je suis comme ça » dit elle déterminée « Et vous ne pouvez pas y échapper »
Revenir en haut Aller en bas
 

American way 2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lovely Emily :: • Le Coin Presse • :: • Presse américaine -