AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez  | 
 

 Live oc magazine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
avatar
Juliette


Co'N'Admin


Dragon
Localisation : Lille

MessageSujet: Live oc magazine   Mar 7 Juil - 0:45












Writer>>Jon Khoshafian / Interviewer>>Damion Stein





Television dramas are a staple of networks’ primetime line-up. Over the years
the networks have duked it out in the ratings race only to see many shows fail
and few succeed. But one network has struck gold in creating a drama series
that has caught on with fans. Not only is the show a series, but also, it is a
franchise—branching off two spin-off shows. The show has consistently done well
with ratings and puts CBS on top when it comes to primetime drama. The show?
CSI. Emily Procter has been one of the fortunate few to join this
illustrious television franchise, playing Calleigh Duquesne—a ballistics
expert. Previously known for her work on NBC’s hit show, The West Wing,
Procter landed the role for CSI: Miami.


CSI

has spanned into three locations—Las Vegas,
New York, and Miami. Each one has a
different feel, color, and attitude. Procter strikes the right balance of
toughness and mystique that makes her character so appealing. With her
flirtatious southern accent, Procter stands out as a favorite in the ensemble.
So if you are looking for a drama after you’ve had your fill of sitcoms, then
tune into CSI at 10 o’clock. But your inquiry shouldn’t just stop
there. Make sure to check out CSI:Miami
in particular as gruesome crime scenes are investigated on the beautiful
beaches. And if you need more motivation, Emily Procter, a bold and beautiful
talent, makes the show a high-quality TV drama classic.


. . .
. . . . . .


LIVE:
You are originally fromRaleigh, North Carolina, what was life like growing up in the Procter household?

EMILY:
Well, I was the youngest of four. My parents got divorced but they remained very
close so I essentially had three siblings and four parents. I think that’s
possibly how I ended up in my job. In being the youngest and always sort of
having to fight to be heard and get any attention at all. I’d be like, “look at
me, look at me.” I think I developed a sense of showmanship very early on from
growing up in my family. I have a very quirky family. My dad is hilarious. My
mom is super sweet and my siblings, I think kind of wish I would be quiet.



LIVE:
Was there a significant person in your life that helped shape your decision to go into acting as a career?

EMILY:
You know it’s always funny when people ask me questions along that line because I was actually a Journalism major in college and it’s still weird for me to be on the other side of the questioning. I was a weekend weather anchor while I was in college and I was having such a difficult time coming to terms with reporting. I was starting to report, and all the good stories were the gruesome
ones. I would watch the feed and I was thinking that
Hollywood would probably be better for me. I talked to my mom about it and I’ll never forget, she told me, “Go for it!” and I was young enough that I believed her.


LIVE:
You’re most recognized professionally for your role as Calleigh Duquesne in CSI: Miami.
The CSI as a franchise has been incredibly successful. Why do you think
people are particularly interested with criminal investigation?


EMILY:
Well I enjoy watching the real life version of them on A & E and I really think that there is something very satisfying about solving a mystery. It’s a good crossword for the imagination and you sort of tie that up with something
that’s voyeuristic like crime and it’s a double whammy. You’ve got instant crave ability.

LIVE:
Besides the backdrop, what separates CSI: Miami from the other CSI shows?

EMILY:
Miami is the odd man out. I think we’re sort of the quirky show. We’re definitely doing it with a more avan garde kind
of style. It’s a little bit more fantasy based. It’s colored differently and our crimes are a little bit more decadent and Miamiesque. It’s the fantasy comic book version of the CSI stories while the other two are more reality based.

LIVE:
Each episode must feel like you are really on the job, dealing with murders and bloody criminal evidence. Do you ever leave work feeling burdened and downtrodden because of the subject matter of the show?

EMILY:
Our show’s subject matter is so tense, but we are just a big pile of jokers over there. I mean the crew is hilarious and Jonathan Togo is one of the funniest people you’ll ever meet and David (Caruso) is funny. He’s got a very dry sense of humor. I think that it is natural to counter balance your subject matter with the opposite emotion. So we’re having a ball the whole time but I tell you, I do
have such a better understanding of the sacrifice that people in law enforcement make to keep people safe. It’s really generous.

LIVE:
Your character, Calleigh Duquesne, is a ballistics expert. Have you had any experience working with guns and bullets prior to CSI?

EMILY:
Other than the rifle range at camp, no I didn’t. I think people expected it because I had a southern accent, but no. I didn’t really grow up with a gun or anything.

LIVE:
What has been the most fulfilling moment of your life to date both
professionally and personally?


EMILY:
For me, the most fulfilling moments personally and professionally are always the same and I love it when they happen. Sometimes I am with my family and I’ve been
with them for too long and they are definitely bothering me. Then I sort of push past it and just think, I love these people. I think to me that is the most satisfying feeling. When you look at the people you’re with and think, “I really
love these people. I would put it on the line for these people.” And there are times at work that are the same. The moment that you realize that you are with
people that you love and that love you back. Those are the greatest and most fulfilling moments.

LIVE:
We read somewhere that you are in an 80’s cover band, is there any truth to this?

EMILY:
It’s true. Eighties music cracks me up. At the same time that it is super grandiose and maybe too glamorous, I also think that it’s really great and beautiful. I love a guitar, who doesn’t? It’s really fun to wear plastic pants,
giant hair and too much make-up and force people to listen to you sing power ballads. It’s a hostage taking maneuver but it makes me laugh. It’s just a guilty pleasure.

LIVE:
What’s next for you?

EMILY:
I am in the process of trying to put together a non-profit to sell my grandmother’s secret chocolate recipe, sort of Paul Newman style. It’s going to be called Chocolate for Children and 100% of the profits are going to go to
Scholarship, vocational and extracurricular training for foster care children.
After the age of eighteen, they get no support and seventy five percent of them end up homeless and this is not right. People with an unstable home life should be given more. I am in the process of finding a manufacturer and it’s hard. It
is really a challenge. So to be honest, it’s probably going to take me a couple of years. That’s my new project- that’s what I’m working on.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Juliette


Co'N'Admin


Dragon
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Live oc magazine   Mer 8 Juil - 16:21

Vous êtes originaire de Raleigh en Caroline du nord, à quoi ressemblait la vie dans la maison Procter?

J'étais la plus jeune de 4 enfants.Mes parents ont divorcés mais sont restés très proches donc j'ai eu 4 parents.Je pense que c'est grâce à ça que je fais cette carrière. J'ai été la plus jeune et j'ai toujours du me battre pour me faire entendre et avoir de l'attention. Je disais "Regardez moi!! regardez moi!!" Je pense que j'ai développée un sens du spectacle très tôt lorsque j'ai grandi au sain de ma famille. J'ai une famille très excentrique. Mon père est hilarant. Ma mère est un amour et mes beaux parents sont très attentionnés.

Est ce qu'il y a eu une personne déterminante qui vous a aidée à prendre la décision de devenir actrice?

Vous savez, je trouve ça toujours marrant quand les gens me posent des questions à ce propos car j'ai fais des études de journalisme et c'est encore une habitude chez moi de me mettre ) la place de celui qui pose les questions. J'étais présentatrice météo le week-end quand j'étais à l'université et j'avais beaucoup de mal à terminer mes reportages. J'étais sur le point de partir en reportage et tous les bons sujets étaient horribles. J'ai pensée que ma place était à Hollywood. J'en ai parlé à ma mère et elle m'a dit "C'est parti pour Hollywood!" et j'étais encore assez jeune pour la croire.

Votre rôle le plus connu est ce lui de Calleigh Diquesne dans Les experts Miami. Les experts ont rencontrés un immense succés. Pourquoi pensez vous que les gens sont intéressés par les enquêtes criminelles?

Moi j'aime bien regarder la version réelle sur A&E et je pense qu'il y a quelque chose de très satisfaisant dans le fait de résoudre un crime. C'est un bon moyen de faire travailler son immagination sur quelque chose de voyeuriste comme un crime. Vous avez envie de résoudre l'énigme.

Qu'est ce qui différencie Les experts Miami des autres Experts?

Miami est basée sur le côté clinquant. Nous nous basons sur le côté "m'as tu vu?". Nous avons un style avant-gardiste.Il y a plus de fantaisie. Les couleurs sont différentes et nos scènes de crimes sont plus décandents et Miamiesques. C'est le livre comique et fantastique des Experts alors que les deux autres séries sont plus terre à terre.

Chaque épisode doit vous donner l'impression d'être un vrai experts ayant affaire à des meurtres et du sang. Est ce que quand vous quittez le travail vous vous sentez mal à cause de ça?

Le sujet de notre série est très intense mais nous sommes tous des clowns. Je peux vous dire que l'équipe est hilarante et Jonathan Togo est l'un des mecs les plus drôles que vous puissiez rencontrer et David est marrant, il a un sens de l'humour très particulier. Je pense que c'est humain d'essayer de contre-balancer le sujet sur lequel vous travaillez avec l'émotion opposée. Donc nous avons des fou-rires tout le temps mais je peux vous dire que maintenant je comprends mieux le sacrifice que font les gens qui travaillent à la police pour garantir la sécurité des gens. C'est vraiment généreux.

Votre personnage Calleigh Duquesne est un experts en ballistique. Aviez vous déjà fait l'expérience de travailler avec des armes et des balles avant les experts?

Mis à part les stands de tir en colonie de vacances jamais! Je pense que les gens pensent ça parce que j'ai un accent du sud mais non, je n'ai pas grandi avec les armes ou autres.

Quel a été le moment de votre vie le plus satisfaisant professionellement et personnellement?

Pour moi les meilleurs moments professionnels et personnels sot toujours les mêmes et j'adore quand ça arrive. Parfois je suis en famille et je suis avec eux depuis trop longtemps et ils m'ennuyent. Alors je me remémmore le passé t je me dis que je les aime vraiment. C'est vraiment le plus beau sentiment, quand vous regardez les gens avec qui vous êtes et que vous vous dites "je les aime vraiment". Il faut que je leur écrive quelque chose. Et il y a des moments au boulot où c'est la même chose, ce moment ou vous réalisez que vous êtes avec des personnes que vous aimez et qui vous aiment en retour. Ces moments sont les meilleurs et ce sont ceux qui me font me sentir bien.

Nous avons lu quelque part que vous faisiez partie d'un groupe que fait de la musique des années 80, c'est vrai?

C'est vrai.J'adore la musique des années 80. C'est en même temps grandiose et peut être un peu trop glamour. Je pense que c'est génial et super joli. J'aime la guitare, qui n'aime pas la guitare? C'est vraiment drôle de porter des pantalons en latex, des cheveux énormes, trop de maquillage et de forcer les gens à vous écouter chanter des ballades. C'est une prise en otage mais ça me fait rire. C'est un plaisir coupable.

Qu'avez vous comme projet?

J'essaye d mettre au point un projet visant à vendre sans faire de profits la rectte de chocolat de ma grand mère, un peu dans le style de Paul Newman. Ca s'apellera "Chocolate for children" et 100% des bénéfices iront pour la scolarité des enfants, leurs vacances et leurs activité extra-scolaires.
Aprés 18 ans ils ne recoivent plus d'aide et 75% d'entre eux se retrouvent à la rue et ce n'est pas juste. On devrait donner plus à ceux qui ont une situation instable. Je suis en train de chercher un distributeur et c'est dur. C'est un défi. Pour être honête ça va me prendre quelques années. C'est mon nouveau projet.




Revenir en haut Aller en bas
 

Live oc magazine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lovely Emily :: • Le Coin Presse • :: • Presse américaine -