AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez  | 
 

 Southern Vanity- Février 2005

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
avatar
Juliette


Co'N'Admin


Dragon
Localisation : Lille

MessageSujet: Southern Vanity- Février 2005   Mar 7 Juil - 12:35

Southern Vanity
“Sweet Emily Procter”

February 2005

A visit with this North Carolina native is as refreshing as an afternoon on the veranda sipping a Mason jar of sweet iced tea, nibbling pecan sandies. Smart and sassy,she’s everything you’d expect from a true-blue Southern Belle… charming, congenial and passionate; strong, spirited and determined.
Grab your glass, Shugah… pull up a chair and just us heah on the porch.

Q. With a bachelor of fine arts degree in journalism and dance, a
passion for interior decorating, and a vibrant career in acting, how
does one manage the many creativities of Emily?


A. The people who know and love me would say I overly manage it. I live my life on a bit of a schedule. I don’t know if it’s the right way or
the wrong way, but it’s the only way I know. If you’re organized, it’s
possible to squeeze as many things in as you want.

Q. You’ve a reputation as the consummate Southern Belle – as sugary as your famed sweet tea and caring can be – except at the poker table.
How did that little habit begin? What intrigues and fascinates you
about poker?


A. I love to play poker! I have to point the finger of blame to my dad,
because when we were little we grew up playing “penny poker.” I think
it was his way of being involved with the kids, but why he picked that,
I’ll never know. I love healthy competition. It’s a wonderful
environment for humor. My Tuesday night game’s just me and a bunch of
guys. We tease each other and try to take each other’s money.

Q. Do you think playing poker makes you a better actor, or being an actor makes you a better poker player?


A. Being an actor makes me a better poker player, without a
doubt. When I was playing Celebrity Poker, I kept thinking to myself,
“I’m glad I’m an actor,” and then I realized I was surrounded by all
these other actors, and it was impossible to read them.

Q. Knowing you were a fan before you actually joined the cast, tell us about your experience on The West Wing.


A. The whole West Wing experience was phenomenal. It was one of
the most incredible experiences of my life. I had nothing but a
positive experience and the people I worked with there were wonderful.
I’m still in touch with many of them. I absolutely loved it and it was
very difficult for me to leave.

Q. What’s your take on being the first “sister” show of CSI? There’s
now Las Vegas, Miami and New York, each enjoying phenomenal success.
What’s it like being the first of the spin-off shows?


A. It fells a little bit like being a middle child. We definitely have
our own identity, but the original CSI casts a large shadow… It’s
always going to be the older sibling. I have to say I didn’t think we
would experience the success that we have, that maybe it would be
mildly popular, but to have the original audience be so generous about
coming over and watching our show was surprising to me.

Q. Do you think that either the setting or the characters in one has
an advantage or a disadvantage over the others? Las Vegas and Miami are both actually set in warm climates… perhaps New York will put a new spin on things with its climatic differences.


A. I wonder about that myself. I wonder what makes the original such a
giant. What makes it so unstoppable? Maybe it’s just their chemistry.
As far as one having an advantage over another – it would be nice to
think it could be reduced down to that, but I think there’s just no
accounting for it.

Q. Tough story line first show of this season with Speed (Tim
Speedle played by Rory Cochrane) losing a gunfight to a perp. Did the cast have time to prepare for such a strong season opener or was it as big a surprise to you as to devotees of the show?


A. Oh, can I tell you… when we filmed, we were so inconsolably sad. I
cried like a baby at that funeral even though Rory was there. We knew
for certain about two weeks before we filmed that he was leaving. I
liked working with Rory so much I thought it would be hard to open
myself to a new person, but I absolutely love Jonathan Togo (playing
crime scene investigator “newbie” Ryan Wolfe). He’s fantastic! The
transition was effortless.

Q. What do you think the forensic science shows have done for the profession?


A. I know that a lot of college forensic programs are full at
the moment. I think it’s great when people think that solving the crime
is much cooler than committing it.

Q. Do you think your show and others like it serve as a deterrent to bad guys?


A. Oh, I hope so. Wouldn’t that be great?

Q. Why are we so intrigued with this genre… the high-tech who-done-it?


A. The complexity of figuring things out is a fun mental exercise. And I think all that equipment is fascinating!

Q. Is all that equipment on the set real? Is it nerve-wracking to
work around such incredibly expensive equipment? And how much practice does it take to pronounce the medical terminology?


A. Well, there are times when I’m working around it that I think,
“Gosh, wouldn’t it be nice if these companies were so generous with
people who really needed it,” because we could just use a cardboard box and paint it. My dad is actually a doctor and the first time he walked in to the autopsy theatre he was blown away. It’s all very real and
it’s the latest technology – millions and millions of dollars worth of
equipment. My favorite part of the show is the science. We do have a
coach for the medical terminology and I have my dad.

Q. Some story lines are recognizable from headlines, but where do most of the story lines generally come from?

A. What was spooky about The West Wing is he (Aaron Sorkin) would write something and then it would happen, usually before the episode aired, so people would think that he was taking it from the headlines, but he’d written it before it happened. In terms of CSI: Miami, a lot of
crime is similar. We don’t necessarily try to take things from the
headlines, but there are only so many kinds of things that happen to
people. It’s been an interesting look into the world of crime for me. I
used to feel that crime was completely haphazard, and now I see it very
differently. I also feel more appreciative of the people who protect
us. Those people work so hard and sacrifice so much for us…have such
high character. They put their lives on the line for us. I’m
continually impressed by their motivation.

Q. Where were you when you had your “a-hah!” moment… when you realized that your life, from that point forward, was going to be very different… that as an actor you made it and you were ok?


A. You’ll hear many actors say this – there is never a moment when an
actor feels like they’re ok. Recently, I was shopping in San Francisco.
There was this pair of shoes that I really wanted. While I was in the
store, someone said to me, “I really like your show” and I said, “How
much longer do you think you’re going to like it?” I’m constantly
thinking, “Should I try to go back to school over the summer because
when this is over I don’t have any other skills…this is all I know how
to do.” Becoming an actor, you put yourself out there on a limb because
you really take yourself out of the job market. I did fly this summer,
through three airports, and was recognized in all three. I live in such
a bubble – I had no concept that I’d make a show and it would get seen
and shared by so many people. When I got home to North Carolina, I
called my manager and said, “I have to tell you something… I think I’m
famous. A lot of people watch the show. I had no idea.” He said,
“Emily, millions of people watch the show.” I was shocked!

Q. So did you get the shoes?


A. I did…but only because they were so gorgeous, not because I
have any sort of confidence that my career will last longer than next
week. I’d have bought them if I’d been poor and destitute on the
street…I’d have found a way to buy these shoes!

Q. Still single and reportedly not “attached,” what are you looking for in a life partner?


A. Above all else what I admire in a mate is character. I’ve
been very fortunate. I’ve had wonderful boyfriends, I just haven’t
gotten married yet. My dad said to me recently, “Emily, do you think
you’ve spent so much time on your career that you’ve forgotten to get
married?” And I said, “Oh my God, Dad, I do…I think I forgot.” I’d like
to be married and have a family. Hopefully that will work out in my
favor.

Q. You’re young. You still have some time.


A. Yeah, I still have a minute. I’d better get on it, though.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Juliette


Co'N'Admin


Dragon
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Southern Vanity- Février 2005   Mar 7 Juil - 12:35

Q. Tell us about Kevin, your 20-pound cat. How did he come to be a part of your life?

A. A cat actually made her way into a hole in my friend Robin’s
wall and had kittens there. She kept them to fine homes and I helped
her. Normal people came for the first two and then everyone that came
for Kevin was crazy and I was convinced there were going to make cat
soup out of him. She to me and said, “Emily, you just need to face the
fact that you love this cat.” And I said, “You know what? You’re right!
These people aren’t crazy… it’s me… I’m crazy. I love this cat. I want
this cat to be mine.” So he came to live with me and I love him more
than I should. I actually had a boyfriend ask me – I lived in a tall
building at the time – “Emily, if Kevin and I both fell off the
balcony, who would you save?” And I went, “uummm…” Kevin’s amazing…just a really good guy and he has very high character.

Q. Emily and Calleigh and Ainsley: Major similarities? Major differences?


A. Major similarities… Calleigh and Emily both love things to be
organized. I get very upset when my house is messy. Calleigh gets very
upset when her kit is messy. I think Calleigh and Emily are both very
thorough people. Emily is probably more like Ainsley and less like
Calleigh. Emily’s a little more frenetic and bouncy and outgoing.
Calleigh, I think, has the ability to very still and very quiet and not
talk all the time.

Q. What’s been your life’s most challenging time?


A. Late-20s. They were hard! In your late-20s, you’re just
trying to keep your head above water… especially in Hollywood. Thank
God for the 30s… that’s all I have to say.

Q. In contrast, is this the best time of your life?


A. I hope not. I have to say, I have really enjoyed getting some
age on me. That’s been really good for me emotionally… to feel more
solid. I like where I am and being a little older, I feel like I have
more control over where I’m going.

Q. Give us the short list of Emily Procter’s positives and negatives of stardom.

A. It might seem as if having notoriety or celebrity would run you, but
what I’ve found is that it doesn’t… you run it. I can imagine what the
negatives would be if you allowed them, but if you act like a normal
person, people treat you like a normal person. The good thing about it
is that it’s opened so many doors for me. It has allowed me to
participate in so many incredible things, see incredible places and
meet incredible people.

Q. Before you got to your current level of popularity, did you have expectations that now differ from your reality?


A. I thought it would make me feel differently about myself and
about the world, but I feel exactly the same. I don’t feel different,
and that’s comforting to me. Women have a lot of weird battles that
being a public person might worsen, like how will we feel about
ourselves as we get older; how do we feel about our place in the world
and how do we feel about having to juggle being an aggressive worker
and kind woman. I was nervous about how this kind of career would
affect all those things, but it hasn’t affected it much at all. It’s
nice to know that a job doesn’t qualify who you are.

Q. What do you think is the public’s conception of Emily Procter and what’s the biggest misconception?


A. I don’t know that the public has any conception of Emily
Procter, but maybe a conception of Calleigh and Ainsley. Between the
two, you might have a good idea of what I am like, but I don’t think
that I am a public enough person for people to really have any ideas
about me, or are even that interested, to be honest with you. I think
people have an interest in my work and my characters, so they watch the
shows. I would say the biggest misconception is that I’m tall… I’m just
barely 5-foot-3. I’m taller when I’m mad, though!

Q. Whom do you aspire to work with in the future? Is there any one person who’d make you feel starstruck?


A. I’d give anything to work with Chris Cooper again. I
absolutely think David DeLuise is one of the most talented actors ever.
I would love to work with director Lars von Trier… and Julianne Moore.
Starstruck? I’ve gotten to meet a lot of people and most of them seem
normal and like regular people to me. I will say that I was on the red
carpet with Tom Cruise one time and he was magnetic. He was like a
thousand-watt light bulb… I’ve never seen anything like it.

Q. What’s your take on Hollywood-types using their celebrity to promote their political agendas?


A. I think that it’s wonderful when people can use their
celebrity to help a cause that needs help. I do not believe that just
because you are famous you should be able to stand on your soapbox and
talk politics. I’m a huge fan of educating yourself on the topic. I
think if you’re going to stand up, you need to be educated on what
you’re talking about. I don’t think that fame necessarily qualifies as
education.

Q. Do you see yourself as a political person?


A. I know that I desperately care about our country. I don’t
know that everyone should be subjected to my political opinions, but I
would hope for all of us right now that we become a political people.
We can no longer ignore the fact that only half of us have been voting.
It is such a privilege and it matters – it absolutely matters. I’m so
happy that voting seems to be coming back in style. I want to tell
(politicians), “You’re hearing from me because I want a higher
standard.” Average is not ok. Kevin can do average.

Q. Who has had the greatest influence on your life both personally and professionally?


A. Various members of my family. I admire their minds, their
intellect. I like who they are as people. They’re very strong people.
And that they have known me forever and love me so unconditionally
makes a difference.

Q. Do you think part of it is because your family is from the South?


A. Absolutely. Southerners are just better. You can go anywhere
in the south and have an intelligent conversation. Even if you go to
the most rural area, someone will bring up a topic that’s just
fascinating, and they’ll know all about it. And that just doesn’t
happen in other places. And Southerners are nice. I’ve been away 12
years and I miss people that I feel similar to. There was this guy that
I was dating and we spent some time with his mother (she wasn’t the
friendliest). I was being very respectful by opening her doors and
letting her go first. Apparently she didn’t appreciate it because she
turned to me and said, “That’s the thing about Southern women… they
just all need to buck up… be stronger.” And I said, “Well then, my
suggestion to you is never go to the South.” Little does she know; the
strength of a Southern woman is pure fury! I’m not dating him anymore.

Q. The Leukemia and Lymphoma Society, particularly their Team in
Training, is very close to your heart. You recently served as
ambassador,
along with famed running legend Joan Benoit Samuelson,participating in
the Nike 26.2 in San Francisco helping raise awareness and funds for
the Society. Tell us about your experience there. What specifically
inspired you to get involved in the marathon program?


A. That was such an incredible day! I ran my hip off! (Editor’s note:
Literally, during this interview, Emily was recovering from an injured
hip as result of the race.) I got into racing about a year ago. The
Malibu Triathlon needed celebrity participants for its relay team. My
friend
Riley called me about her team, an amazing group instrumental in
getting people who aren’t athletes to do something athletic. She said,
“Emily, will you please do the running leg of one of these relays? I’ve
had people fall out and I need your help.” And I said “Oh, Riley, you
don’t understand. I’m not a runner. I eat donuts… that’s what I do. I
don’t run unless there’s a sale. No, I’m not running.” She begged me
and
I ended up saying yes. And then she did the best thing for me – she
immediately put my name in the program so I couldn’t back out. I was
miserable every step, every run that I trained for that race, but as
soon as I crossed the finish line I said, “I wonder when I’m going to
do that again? That was fantastic!” I immediately signed up for another
race and have been running ever since. Before that race, I had always
viewed Nike as this giant company that wanted to sell a lot of
products, but I cannot tell you how impressed I am with their
organization. It has so much heart, soul and character. They treat
their employees beautifully. The race was incredible. We raised 10
million dollars. When I got to mile 12, I just started crying. It’s
overwhelming to see people working so hard for what they want, which is
hope… research, an answer, a cure.
Q. And so now you want your own triathlon?

A. I do! It’s one of the nice things about being on television.
I can bamboozle people into getting involved. I would like it to be a
charitable triathlon that is revolving, so each year we pick a
different charity. It’s such a positive thing to do and I wish more
people knew how possible it is. I’m going to get my mom involved.
She’ll say to me, “Emily, I’m not doing that,” and I’ll say, “You have
to… because your name is already on the program!”

Q. Name your all-time no-doubt favorite movie.


A. Gone With the Wind… I really love that movie.

Q. What’s the last book you read?


A. Wally Lamb’s Keep It to Myself from the women of the York
Correctional Institution. It’s reading samples and short stores written
by these women about themselves. It’s phenomenal. There some
bureaucratic issues with it and it was taken off the shelves, but I
don’t think it should have been. If you’re going to call a correctional
facility “correctional,” then people should be allowed to rehabilitate.
If they write something and people buy it, they should be compensated.
That would be ideal, if the system worked ideally. There again, the
higher standard we should aspire to.

Q. Leave our readers with one little-known fact about Emily Procter.


A. It’s how much I love people and that I find people
fascinating. And that I pretty much only watch documentaries and read
non-fiction books. And I’m a night owl.
Each opportunity we’re given to meet someone new always holds
promise, but rarely is our anticipation and expectation met with such
satisfaction. Our visit with Emily went by quickly. Generous with her
time, her thoughts and her sense of humor, she was easy to talk with
and even easier still for us to listen to her sweet North Carolina
drawl. Emily may not realize the vast number of fans in her club, but
just in case she’s counting… she won the hearts of a couple more here
at SV.


Procter’s Preferences
Last Supper: Lobster, artichokes and cotton candy
Favorite Vacation Spot HOT: Costa Rica
Favorite Vacation Spot COLD: North Carolina at Christmas
Paper or Plastic: Actually, I carry my own bag.
Beef or Chicken: Cheese
Chocolate or Vanilla: Vanilla
Slob or Neat-nick: Neat-nick. Over neat-nick. Obnoxious neat-nick.
Levi’s/Wranglers/Designers: Levi’s
Life Motto: Anything done with good intentions is a positive effort.
Favorite Expression: I’m in it to win it!
Cocktail of Choice: Bombay Sapphire, ‘up’ with olives – in a short glass preferably. That’s was, uuhmm, probably a little too easily answered…
[





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Juliette


Co'N'Admin


Dragon
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Southern Vanity- Février 2005   Sam 11 Juil - 21:17

Traduction

Une après midi passée en la compagnie d cette femme originaire de Caroline du
Nord est aussi rafraichissante qu'un moment passé en véranda avec un grand
verre de thé glacé accompagné de petites noix de pékan.
Mignonne, elle incarne tout ce que vous attendez d'une jolie fille du sud..
charmante, intelligente, passionnée, forte, spirituelle et déterminée.
Prenez un verre, installez vous dans votre fauteuil

Avec un diplôme de danse et de journalisme, une passion pour la décoration
d'intérieur, une carrière en tant qu'actrice au sommet, comment fait on pour
manager (encadrer) la créativité d'Emily?


Ceux qui me connaissent en qui m'aiment diraient que je me sur-encadre. Ma vie
est réglée comme sur du papier à musique. je ne sais pas si c'est bien ou mal
mais je ne connais que cette façon de vivre. Si vous êtes organisé vous pouvez
vous permettre de faire tout ce que vous voulez.

Vous avez la réputation d'être une parfaite fille du sud- comme nous le
montre votre parfait thé glacé et vos gâteaux- sauf devant une table de poker.
Comment cet intérêt pour le poker vous est il parvenu? Qu'est ce qui vous
intrigue dans ce jeu?


J’adore jouer au poker ! Je dois vous dire que c’est
mon père qui en est responsable car quand nous étions petits, nous jouions au
penny-poker. Je pense que c’était sa façon à lui de s’occuper de ses enfants,
mais pourquoi il a choisi ce jeu là, je ne sais pas. J’adore les compétitions
saines, c’est un environnement merveilleux pour rigoler. La nuit du mardi nous
jouons au poker et il n’y a que moi avec quelques amis. On se mesure les uns
aux autres et on essaye de prendre la monnaie de l’autre.

Vous pensez que le fait de jouer au poker fait de vous
une meilleure actrice ou bien c’est le fait d’être actrice qui vous rend
meilleure au poker ?


Le fait d’être actrice me rend meilleure au poker sans
aucuns doutes. Quand j’ai joué au tournoi des célébrités je réfléchissais et je
me disais que j’avais vraiment de la chance d’être actrice. Et je me suis
rendue compte que j’étais entourée de pleins d’autres acteurs et c’était
impossible de deviner ce qu’ils pensaient.

Sachant que vous étiez une fan de la série avant de
rejoindre le casting, dites nous ce que vous avez pensé quand vous avez rejoint la série le West wing ?


L’expérience du West wing a été incroyable. Ca a été l’une
des plus belles expériences de ma vie. Je n’avais aucune expérience mais j’étais
positive et les gens avec qui j’ai travaillée la dessus ont été merveilleux !
Je suis toujours en contacts avec pas mal d’entre eux. Ca a été très difficile
de quitter cette série.

Qu’est ce que vous ressentez par rapport au fait que vous
soyez la première petite sœur de la série originale ? Il y a maintenant
Las Vegas, Miami et Manhattan qui sont tous les trois des succès phénoménaux. Qu’est ce que ça fait d’être le premier spin-off ?


C’est comme si nous étions l’enfant du milieu. Nous avons
vraiment notre propre identité mais il y a toujours l’ombre de la série
originale au dessus de nos têtes. Il y aura toujours un avantage pour la série
qui est la plus ancienne. Je dois dire que je ne pensais pas que nous aurions
rencontrés autant de succès, je pensais que l’audience aurait été moyenne mais
j’ai été surprise que les gens qui regardaient la série originale aient eu la
générosité de regarder notre série.

Vous pensez que les personnages où les endroits ont une
bonne influence ou une mauvaise influence l’un sur l’autre ? Miami et Las
Vegas sont tournés dans des climats chauds… peut être que New York apporte quelque chose de nouveau car ce n’est pas tourné dans le même climat ?


C’est ce que je me demande. Je me demande ce qui a fait de la série originale un tel succès. Qu’est ce qui la rend instoppable ? Peut être que c’est l’alchimie qu’il y a entre les personnages.
Concernant le fait que l’une des séries surpasse les autres, je pense que ça serait bien de ne pas réduire les séries à ça, mais je pense que ce n’est pas possible.

Concernant le premier épisode de cette saison où Speedle
(personnage joué par Rory Cochrane) perd la vie dans une fusillade. Est-ce que le casting a eu le temps de se préparer à un tel choc où alors est ce que ça a été une grosse surprise ?


Oh je vais vous dire… quand nous tournions nous étions
vraiment inconsolables. J’ai pleurée comme un bébé à cet enterrement même si
Rory était là. Nous savions pour certains d’entre nous deux semaines à l’avance
que Rory allait quitter la série. J’aimais tellement travailler avec Rory que
je pensais que ça allait être dur pour moi de me dévoiler à quelqu’un d’autre
mais j’aime tellement Jonathan Togo (qui joue le nouveau venu Ryan Wolf). Il
est fantastique ! La transition n’a pas été difficile.

Qu’est ce que vous pensez que les séries scientifiques ont apportées à la profession. ?

Je sais qu’à l’université il y a plusieurs cours qui sont pleins. J crois que c’est bien que les gens pensent que résoudre un crime est mieux que de le commettre.

Vous pensez que votre série et les autres du même genre servent à faire baisser le taux de criminalité ?

Je l’espère, ça serait bien non ?

Pourquoi sommes nous captivés par la haute technologie qui résous tout ?

Comprendre les choses est très difficile et je trouve que c’est un bon exercice mental. Et je trouve que tout cet équipement est fascinant.

Est-ce que tout cet équipement est vraiment présent sur
le plateau de tournage ? Est-ce que ça vous met sur les nerfs de
travailler au milieu de tants d’équipements aussi couteux ? Combien de
travail cela vous demande-t-il de prononcer des termes médicaux ?


Il y a des jours où je me dis « Mon Dieu, ça serait vraiment bien si tout cet argent servait à des gens qui en ont réellement besoin » car nous pourrions simplement utiliser les boites en carton et les peindre. En fait mon père est médecin et la première fois qu’il est rentré dans la salle d’autopsie il a halluciné. Elle est totalement vraie et elle est à la pointe de la technologie, les équipements coutent des millions et des millions de dollars.
Ma partie préférée est la science. Nous avons un coach pour les termes médicaux et j’ai mon père.

Plusieurs scénarios proviennent des faits divers mais d’où sort la majorité des scénarios ?

Nous en parlions avec Aaron Sorkin et en fait il écrivait des scénarios pour West Wing et évidemment ils se passaient dans la vie réelle avant que l’épisode ne soit diffusé alors les gens pensaient que l’épisode provenait de la rubrique faits divers.
C’est parfois la même chose dans les experts Miami.
Nous ne cherchons pas à reprendre les faits divers en
particulier mais il y a tellement de sortes de choses qui arrivent aux gens. Ca
m’a fait porter un regard intéressant sur le monde du crime.
Avant je pensais que tel où tel crime était vraiment tiré par les cheveux mais maintenant je porte un regard différent. Je suis aussi plus reconnaissante vis à vis des gens qui nous protègent. Ces gens travaillent tellement dur et font tellement de sacrifices pour nous.. ils ont tellement de caractère. Ils mettent leurs vies en danger pour nous. Je suis sans cesse impressionnée par leur motivation.

Où étiez-vous quand vous avez réalisée que votre vie allait changer définitivement par rapport à ce que vous étiez avant?

Vous allez souvent entendre dire la chose suivante : il n’y a jamais un moment où un acteur se sent bien. Récemment je faisais les magasins à San Francisco. Il y avait une paire de chaussures que je voulais vraiment. Quand j’étais dans le magasin il y a une personne qui m’a dit « J’aime vraiment votre série » et je lui ai demandée « Combien de temps pensez vous que vous allez l’aimer ? » Je me demande toujours si je ne devrais pas retourner à l’école après l’été car je me dis que si ça s’arrête je n’ai rien derrière… c’est tout ce que je sais faire. Quand vous devenez acteur vous vous investissez corps et âme dans le monde du cinéma. J’ai pris l’avion cet été et j’ai été reconnue dans tous les aéroports où je suis allée. Je vis comme dans une bulle et je ne réalise pas que je tourne dans une série et qu’elle sera vue par tant de gens. Quand je suis retournée en Caroline du Nord j’ai appelée mon manager et je lui ai dit « Je dois te dire quelque chose… je crois que je suis connue, il y a plein de gens qui regardent la série et je ne le savais pas » et il m’a dit « Emily, il y a des millions de gens qui
regardent la série » et je n’en avais aucune idée.

Alors avez-vous eu ces chaussures finalement ?


Oui je les aie eues… mais seulement parce qu’elles étaient tellement magnifiques et pas parce que j’ai entendu dire que ma carrière allait durer encore longtemps. Je les aurais achetées même si j’avais été pauvre et sans domicile, j’aurais trouvé un moyen !!

Vous êtes seule, qu’est ce que vous attendez de votre partenaire ?

Je trouve que la chose la plus importante est la personnalité. J’ai eu beaucoup de chance. J’ai eu de merveilleux copains, je n’ai juste pas encore été mariée. Mon père m’a dit récemment « Emily, tu ne pense pas que tu as passé tellement de temps sur ta carrière que tu as oublié de te marier ? » et je lui ai répondu « Oh papa si, je pense que j’ai oublié ! »
J’aimerai me marier et fonder une famille. Heureusement je pense que je serais
comblée de ce côté.

Vous êtes jeune, vous avez encore le temps.

Oui j’ai encore une minute… je ferais bien d’en profiter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Juliette


Co'N'Admin


Dragon
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Southern Vanity- Février 2005   Sam 11 Juil - 22:56

Parlez nous de Kevin, votre chat qui pèse 20 pounds.
Comment est il entré dans votre vie ?


Mon ami Robin avait un chat et en fait elle a eu des petits.
Je l’ai aidée à leur trouver des familles d’accueil. Des gens normaux sont
venus chercher les deux premiers et tous ceux qui venaient pour Kevin étaient
fous et j’étais convaincue qu’ils n’auraient pas su s’occuper de ce chat. Robin
m’a dit « Emily, il faut que tu te rendes à l’évidence que tu aimes ce
chat » et je lui ai répondu « Tu sais quoi… tu as raison… ces gens ne sont
pas fou… c’est moi qui suis folle… j’aime ce chat, je le veux » donc il
est venu vivre avec moi et je l’aime plus que ce que je ne le devrais. En fait
mon copain qui vit en appartement m’a demandé « Emily, si Kevin et moi tombions
du balcon, qui sauverais tu ? » et j’ai dit « hmmmmm »
Kevin est merveilleux… c’est vraiment un mec bien avec un super caractère.

Emily et Calleigh et Ainsley… très différentes ou très
similaires ?


Très similaires. Emily et Calleigh aiment que les choses
soient bien organisées. Je suis vraiment très énervée quand ma maison est en
foutoir. Calleigh est très énervée quand son kit est en foutoir. Je pense que
Calleigh et Emily sont des personnes très minutieuses. Emily l’est probablement
plus qu’Ainsley mais moins que Calleigh. Emily est un peu plus extravertie et énergique.
Je pense que Calleigh a la faculté d’être très posée et de ne pas parler à
longueur de journée.

Quel a été le challenge le plus important de votre
vie ?


Les dernières vingt années ont été dures, j’ai juste essayée
de maintenir ma tête hors de l’eau… surtout à Hollywood. Je remercie Dieu pour
mes 30 ans… c’est tout ce que je peux dire.

Au contraire, est ce qu’en ce moment c’est le plus beau
moment de ma vie ?


Je n’espère pas. Je dois dire que j’espère que je vivrais
vieille. Ca a été vraiment bon pour moi de me sentir plus solide. J’aime
l’endroit où je me trouve et j’aime le fait de vieillir. J’ai l’impression de
plus contrôler les choses en vieillissant.

Dites nous les avantages et les inconvénients de la vie
d’Emily par rapport à sa célébrité.


Les gens pourraient penser que le fait d’être célèbre vous
fait courir à tout bout de champs mais en fait… c’est vous qui courrez après.
Je pourrais imaginer à quoi ressemblerait ma vie si je me comportais comme une
célébrité, mais si vous vivez votre vie comme une personne normale, les gens
vous traitent comme une personne normale. Le bon côté de ça c’est que ca m’a
ouvert tellement de portes ! Ca m’a permis de participer à des choses
incroyables, de voir des endroits incroyables et de rencontrer des gens
incroyables !

Avant que vous ne soyez célèbre, est ce qu’il y a des
choses que vous imaginiez de façon différente ?


Je pensais que je me sentirais différente par rapport à
moi-même et par rapport à l’image que j’avais du monde mais je me sens
exactement pareille. Je ne me sens pas du tout différente et c’est rassurant
pour moi. Les femmes ont quelques passages difficiles que le fait d’être
célèbre peut empirer comme par exemple l’image qu’on a de nous quand nous
vieillissons, votre place dans le monde, le fait de devoir travailler dur et
d’être à la fois féminine. J’étais anxieuse de la façon dont la célébrité
allait influencer tout cela mais ça n’a pas vraiment eu d’influence. C’est
agréable de penser que votre travail n’a pas d’influence sur ce que vous êtes.

Que croyez vous que le public pense d’Emily Procter et
quel est la plus grosse erreur à votre sujet ?


Je ne sais pas si le public a un avis sur Emily Procter mais
plutôt sur Calleigh et Ainsley. Entre ces deux personnages vous pouvez avoir
une bonne image de ce que je suis vraiment mais je ne pense pas que je suis
assez connue pour que le public puisse avoir une opinion de moi, où soit
intéressé par moi pour être tout à fait honnête avec vous. Je pense que les
gens sont intéressés par mon travail et mon personnage donc ils regardent la
série. Je dirais que la plus grande erreur à mon propos et que je suis petite…
je fais juste 1 mètre 60, et je suis plus petite encore quand je me mets en colère.

Avec qui avez-vous envie de travailler dans le
futur ? Est-ce qu’il y a une personne de qui vous êtes fan ?


J’aurais tout donné pour travailler de nouveau avec Chris
Cooper. Je suis convaincue que David DeLuise est un des acteurs les plus
talentueux. J’aimerais travailler avec Lars von Trier… et
Julianne Moore.
Mes idoles ? J’ai été amenée à
rencontrer beaucoup de gens et en fait ces personnes sont comme vous et moi. Je
dois dire qu’une fois j’étais sur le tapis rouge avec Tom Cruise et il était
attirant. On aurait dit une ampoule brillante, je n’avais jamais vu ça !

Que pensez-vous de ces gens
d’Hollywood qui se servent de la célébrité pour promouvoir leurs carrières
politiques ?


Je pense que c’est magnifique quand les
gens peuvent se servir de leur célébrité pour promouvoir des choses qui ont
besoin d’aide. Je ne pense pas que c’est parce que tu es célèbre que tu es
capable de te tenir devant un pupitre et faire de la politique. J’aime beaucoup
apprendre des choses par moi-même sur ces sujets. Je crois que si tu as envie
de t’investir, il faut te renseigner sur les choses dont tu es en train de
parler. Je ne crois pas que la célébrité soit aussi importante que la
connaissance.

Vous vous voyez en tant que personne politique ?

Je sais que je suis profondément concernée par la santé du
pays. Je ne sais pas si les gens doivent être au courant de mes opinions
politiques mais ce que je souhaite à chacun c’est de s’investir dans la
politique. Nous ne pouvons pas ignorer plus longtemps que seulement la moitié
d’entre nous avons votés. C’est un privilège et ça en vaut la peine- ca en vaut
vraiment la peine. Je suis tellement heureuse que le fait de voter semble
revenir à la mode. Je veux dire aux hommes politiques « Vous m’écoutez car
je veux une qualité de vie supérieure ». Le niveau de vie moyen n’est pas
suffisant.

Qui a eu l’influence la plus importante sur votre vie
aussi bien professionnellement que personnellement ?


Différents membres de ma famille. J’admire leur façon de
penser et leur intelligence. J’aime ce qu’ils sont en tant que personnes. Ce
sont des personnes très fortes. Et le fait qu’ils m’aient connus depuis si
longtemps et qu’ils m’aiment inconditionnellement, ça fait la différence.

Vous pensez que cela est du en partie au fait que vous
soyez du sud ?


Absolument. Les gens du sud sont les meilleurs. Vous pouvez
aller absolument partout dans le sud et avoir une conversation intelligente.
Même si vous allez dans la campagne profonde vous tomberez sur quelqu’un qui
parlera de sujets d’actualité fascinants et ils seront incollables sur le
sujet. Et c’est quelque chose que vous ne retrouvez pas dans les autres
endroits. Et les gens du sud sont gentils. Ca fait 12 ans que je suis loin
d’eux et ça me manque d’être avec des gens qui me ressemblent. Il y a eu
quelqu’un avec qui je sortais et nous allions voir sa mère (qui n’est pas des
plus sympathiques). J’avais été très polie en lui ouvrant la porte et en la
laissant passer la première. Apparemment elle n’a pas appréciée et elle s’est
retournée vers moi et m’a dit « Ca c’est le truc des filles du sud… elles
ont toujours besoin de se rendre serviable… restez forte » et je lui ai
répondu « dans ce cas je vous suggère de ne jamais aller dans le
sud »… Elle en savait tellement peu, l’aspect « robuste » des
femmes du sud est une pure fantaisie. Je ne suis plus avec lui…

L’association contre la leucémie et le lymphome et en
particulier leur équipe sportive vous tiennent particulièrement à cœur, vous en
avez été récemment l’ambacadrice aux côtés de la légende de la course Joan
Benoit Samuelson, vous avez participé à la course de San Francisco parrainée
par Nike pour trouver des fonds pour l’association. Parlez nous de l’expérience
que vous avez vécue. Qu’est ce qui vous a poussée à vous engager dans cette cause ?


[b]C’était un jour
merveilleux ! J’ai couru avec ma cheville foulée (pendant l’interview
Emily était en train de se remettre d’une blessure à la cheville). J’ai
commencée à faire des courses il y a un an. La course de Malibu avait besoin de
célébrités. Mon amie Riley m’a appelée
pour me parler de son équipe qui était composée de personnes qui ne sont pas
athlètes mais qui essayent de faire quelque chose d’athlétique et elle m’a dit
« Emily, est ce que s’il te plaît tu pourrais faire la course de relais ? »
et je lui ai dit « Oh Riley, je ne suis pas une coureuse, je mange des
beignets… c’est tout ce que je fais, je ne cours pas sauf quand il y a des
soldes . Non je ne sais pas courir ». Elle a réussi à me convaincre et
j’ai fini par accepter. Et là elle à fait ce qu’elle avait de mieux à faire
pour moi : elle m’a tout de suite inscrit comme ça je ne pouvais pas faire
marche arrière.

J’avais l’air
misérable à chaque foulée, à chaque marathon que je faisais avec l’équipe mais
dés que j’ai passée la ligne d’arrivée je me suis demandé quand est ce que
j’allais pouvoir faire ça de nouveau. C’était fantastique ! J’ai tout de
suite re –signée pour une autre course et je n’ai plus jamais arrêtée de courir
depuis.

Avant la course je
percevais Nike comme une immense industrie qui ne cherchait qu’à vendre ses
produits mais je ne peux même pas vous dire à quel point j’ai été impressionnée
par leur organisation. Il y avait tellement de cœur, de bonnes intentions et de
gentilles personnes. Ils traitent leurs employés tellement gentiment. La course
a été incroyable, nous avons récoltés 10 millions de dollars.

Au bout de 12 miles
j’ai commencée à pleurer. Mais le fait de voir des gens travailler tellement
dur pour obtenir ce qu’ils veulent m’a fait me surpasser… ils ont l’espoir de
trouver des traitements pour guérir les gens.



Et donc maintenant vous aimeriez avoir votre propre
triathlon ?


Oui ! C’est
l’un des avantages de passer à la télévision. Je peux demander à des peoples
d’y participer. Je voudrais que ce marathon soit destiné à une bonne cause.
Chaque année nous pourrions choisir une association. C’est une bonne chose de
faire ça et j’espère que les gens pourront en avoir connaissance. Ma mère va
s’investir la dedans, elle va me dire « Emily je ne peux pas faire ça »
et je vais lui dire « Si tu peux… car ton nom est déjà dans le
programme »



Nommez votre film préféré de tous les temps.


Gone with the wind… j’aime vraiment ce film.


Quel est le dernier livre que vous avez lu ?


Le livre de Warry
Lanb « Keep it to myself” sur les femmes en prison. Ce sont des essais et
des petites histoires qu’on écrit ses femmes à propos de leurs vies. Il y a des
enjeux bureaucratiques la dessus et ça a été mis en dehors de son contexte
alors que selon moi ça n’aurait pas du l’être. Si vous appelez une infrastructure
« correctionnelle » alors c’est qu’elle vous permettra de vous
réhabiliter. Si elles écrivent quelque chose et que les gens l’achètent ça leur
permettra de se réinsérer. Ca pourrait être idéal si le système marchait bien. La
encore c’est quelque chose sur lequel nous devons porter notre intérêt.



Offrez à nos lecteurs quelque chose qu’ils ne savent
pas encore sur Emily Procter.


C’est à quel point
j’aime les gens et que je trouve les gens fascinants. Je ne regarde presque que
des documentaires à la télé et je ne lis que des livres qui ne sont pas de la
fiction. Je suis un oiseau de nuit.

Chaque occasion qui
nous est donnée de rencontrer quelqu’un de nouveau tient toujours ses promesses
mais nous nous y attendons rarement à éprouver autant de plaisir.






Notre visite chez
Emily commençait à se terminer, elle nous a accordée généreusement beaucoup de
temps. Ses croyances et son sens de l’humour… il a été très facile de discuter
avec elle et très facile même pour nous de comprendre ce qu’elle disait avec
son accent venu tout droit de Caroline du Nord.



Emily ‘a pas encore
réalisée qu’elle comptait de nombreux fans mais au cas où elle ne l’aurait pas
réalisée elle a conquis le cœur de plusieurs personnes dans notre équipe.


Ses vacances
préférées dans un climat chaud : Le Costa Rica

Ses vacances
préférées dans un endroit froid : la Caroline du Nord à Noël

Papier ou
plastique : En fait, j’amène mon propre sachet.

Bœuf ou
poulet : fromage

Chocolat ou
vanille : vanille

En foutoir ou rangé :
Rangé… définitivement rangé… plus que rangé !!

Levi’s /Wrangler/Designers :Levi’s
Devise : Tout ce
qui est fait avec une bonne intention et un effort positif

Expression favorite :
J’y vais donc j’y gagne

Son cocktail :
Un Bombay Sapphire accompagné d’olives dans un petit verre de préférence…. C’était
peut être une réponse un peu trop facile !






Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Southern Vanity- Février 2005   

Revenir en haut Aller en bas
 

Southern Vanity- Février 2005

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lovely Emily :: • Le Coin Presse • :: • Presse américaine -